• Courgette & Basilic en ville

Les enjeux de la ville de demain?

Un taux de natalité qui se maintient, une diminution de la mortalité infantile, l’augmentation de l’espérance de vie, sont autant de facteurs qui nous amèneront à plus de 9 milliards d’habitants sur la planète en 2050.

A la moitié cela, s’ajoute le fait que plus de la moitié des citoyens vivra en milieu urbain. L’urbanisation des terres va qu’en s’accroissant.


Il est, alors, indispensable de penser nos villes autrement afin d’y apporter de l’urbanité et qu’elles soient beaucoup moins consommatrices en énergie pour les bienfaits de l’environnement.

Nous pouvons aussi imaginer que ces villes puissent nourrir ces habitants. Sans prôner l’autosuffisance alimentaire des villes, il serait réaliste qu’elles puissent fournir un grand volume de produits avec une large diversité. Certains diront que c’est une utopie et d’autres travaillent pour en faire notre réalité.


Pourquoi, j’y crois ?


Dans un premier temps, on n’observe bien l’incapacité de l’agriculture conventionnelle à produire encore plus afin de répondre au nombre croissant de bouche à nourrir. Quoique en écrivant, cette phrase, je me dis que s’il y avait moins de perte lors de la distribution et dans nos frigos, le volume serait sans doute suffisant. Mais bon, c’est un des arguments qui est souvent avancé à tort ou à raison…


En parlant d’incapacité, il y a aussi, celle de résister aux changements climatiques notamment à la sécheresse et aux inondations. L’agriculture conventionnelle ne sait pas s’adapter. Les temps vont devenir encore plus difficiles et cela coûte cher en assurance, en subvention et autre. Puis cela pose la question de la sécurité alimentaire à long terme.


L’agriculture de masse comme nous l’avons pensé au siècle dernier, nous a apporté les OGM, la monoculture, des cultures pleines de pesticides afin d’obtenir un meilleur rendement et de plus grande quantité. Cette manière de produire est très consommatrice en eau et polluante. Elle favorise l’érosion et la pauvreté des sols. Bref, bons nombres de citoyens ont pris conscience qu’on ne peut plus continuer à produire de cette façon.


Tous ces éléments, vus précédemment, convergent vers le développement de l’agriculture urbaine dans nos villes. Cité jardin, ville nourricière, l’idée n’est pas nouvelle, mais elle prend encore plus de sens aujourd’hui.

L’agriculture urbaine peut produire de grands volumes de fruits ou légumes sur des espaces assez réduit et se faufile un peu partout. Elle joue un rôle dans la sécurité alimentaire mondiale ; elle est saine pour nous consommateurs et pour l’environnement.


Pour l’avenir, il ne s’agit pas d’effacer l’activité agricole conventionnelle, mais de la penser autrement. L’agriculture urbaine devient un complément à ne pas négliger. Le lien entre la ville et le rural doit se retisser pour avancer dans le même sens.


Aussi bien dans les pays du nord que du sud, où le climat y est différent, l’agriculture urbaine dépasse l’activité loisir du petit potager. Elle se développe et se professionnalise pour devenir une réelle activité économique.

Du fait, que des professionnels s’intéressent, de très près à ce domaine, elle bénéficie d’innovations technologiques.


Comment intégrer cette agriculture dans l’aménagement urbain malgré l’une des limites qui est le manque de place et du foncier qui se fait de plus en plus rare ?


- Il y a de la place sur les toits et sur les murs ! De nombreux exemples de projets démontrent qu’il est possible d’y implanter les arbres fruitiers, des cultures végétales et des ruchers.


- Un aménagement paysager peut lier l’esthétique à la production.


- Les cultures sous serres qui peuvent trouver leurs places sur les toits plats, permettent une efficacité, un rendement et une qualité agricole.


- Les friches industrielles, les sites abandonnés, les espaces « tampons », peuvent être récupérés et investis pour cultiver.



Les enjeux de la ville de demain sont, selon moi, la requalification de ce qui la compose:


- Le développement de transports non polluant


- Un aménagement durable et résilient


- Une architecture intelligente et économe


- La production de son alimentation


L'Agriculture Urbaine peut participer activement, à tous les enjeux cités.




  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle

© 2014-2021 Basilic en Ville. Tous droits réservés. Toute reproduction, en partie ou en intégralité, du contenu sans permission écrite de l'auteur est interdite.